Le Guide du Trader Tout Nu sur le Spread Betting - Comment gagner de l’Argent avec les Actions à la Hausse ou à la Baisse

Le Guide du Trader Tout Nu sur le Spread Betting – Comment gagner de l’Argent avec les Actions à la Hausse ou à la Baisse – PARTIE 1/2

Le Guide du Trader Tout Nu sur le Spread Betting
  • Titre original: The Naked Trader’s Guide to Spread Betting – How to Make Money From Shares in Up or Down Markets
  • Auteur: Robbie Burns
  • Broché: 224 pages
  • Editeur: Harriman House Publishing (23 août 2010)
  • Langue: Anglais

Description de produit

As-tu déjà touché aux actions ou à la bourse? Et est-ce que tu t’es déjà demandé ce qu’était le spread betting et si tu devais essayer? Peut-être que tu as pensé que c’était un peu compliqué ou que c’était seulement pour les traders de la City? Voilà enfin un nouveau guide pour les débutants qui explique, en anglais simple, comment le faire et surtout comment faire de l’argent avec! Le spread betting peut être dangereux: la plupart des gens perdent, certains perdent même leur chemise. Mais ce n’est pas un monde plein d’hommes en costard aux aguets pour te dépouiller, te voler tes économies et faire des méchancetés aux petits chatons. Tu peux gagner. Et tu n’as pas besoin de payer un centime en taxe! Ce livre te montre comment faire. Robbie Burns, l’auteur du bestseller “The Naked Trader” (“Le Trader Tout Nu” en français), fait du spread betting depuis des années. Il explique pourquoi c’est un outil indispensable à utiliser en parallèle du trading et de l’investissement traditionnels. Particulièrement puisque tu peux gagner de l’argent même si les marchés baissent. Robbie t’accompagne à travers le fonctionnement, la gestion du risque, comment déterminer l’exposition, et comment souvent de ne rien faire est la meilleure stratégie! Il explique tous les détails des paris gagnants sur les actions avec son style terre-à-terre qui est sa marque de fabrique, en couvrant tous les aspects dont tu as besoin. Des choses simples aux stratégies prouvées, en incluant celles qui peuvent être utilisées dans différents marchés, tout y est. Il y a aussi la visite en coulisses de deux des plus importants courtiers en spread betting. Mais c’est un monde dangereux, et il y a une grande quantité d’erreurs que tu peux faire et une montagne d’argent que tu peux perdre. En rassemblant plein d’histoires à faire froid dans le dos, de traders en spread betting où les choses se sont mal passées, et en utilisant tout ce qu’il a appris de ses erreurs stupides, Robbie t’aide aussi à apprendre ce qu’il ne faut pas faire. Ce livre est le guide ultime du spread betting – comment le faire, s’amuser et peut-être même faire un peu d’argent avec.

Résumé (1/2)

C’est un fait, il y a plus de perdants que de gagnants avec le spread betting, et même beaucoup plus.

Ce livre assume que tu as déjà lu “Le Trader Tout Nu” au préalable. Et maintenant, je te promets:

  • de tout te dire au sujet du spread betting,
  • sans utiliser de mots compliqués ou de jargon,
  • et sans t’ennuyer à mourir.

Avant de rentrer dans les détails

Avec le spread betting, tu n’achètes pas des actions sur le marché. Tu PARIES, et tu paries avec ce qui en réalité, est un bookmaker! Et le mieux, c’est que tu ne paies pas de taxes!

IMPORTANT: Je tiens à préciser que le spread betting n’est accessible qu’aux résidents anglais et n’est pas accessible en France… malheureusement! En revanche, la grande majorité de la logique et des stratégies sont aussi applicables aux actions.

La connaissance

Le spread betting par rapport aux actions classiques

Il existe de nombreuses petites différences entre le trading d’actions et le spread betting, mais voici les principales:

  • Il n’y a pas de marché: tu traites directement avec un courtier en spread betting. Il n’y a pas de marché et le courtier en spread betting agit comme interlocuteur direct et pas comme un intermédiaire.
  • Trading à crédit (ou avec effet de levier): quand tu fais du spread betting tu peux trader à crédit ou avec un effet de levier qui te permet de seulement avancer une fraction d’argent.
  • Shorting (ou être court): avec le spread betting tu peux facilement être court avec une action, en d’autres termes, tu peux gagner de l’argent quand les actions baissent.

Les tarifs du spread betting

L’écart entre le prix de vente et le prix d’achat s’appelle le spread. Et c’est pour ça que ça s’appelle du spread betting! Le courtier en spread betting génère des profits grâce aux spreads qu’il t’applique – la différence en le prix de vente et de vente (le jargon pour ça en anglais est “bid” et “offer”).

Le spread betting offre un nombre d’avantages qui dépassent facilement ces petits couts additionnels du spread, et incluent:

  • aucune commission
  • pas de taxes à l’achat
  • pas de taxes sur les plus-values
  • la possibilité d’être court (vendre sans avoir acheté au préalable)
  • pour encaisser tes profits ou pertes, appuies simplement sur le bouton ‘fermer’

Quelques inconvénients du spread betting quand même:

  • les courtiers en spread betting facturent un peu plus que le spread, ton coût
  • les paris roulants (ou reconduits chaque jour) subissent de petits frais supplémentaires, les paris trimestriels ont un spread un peu plus large mais ne subissent pas de frais quotidiens

La vente à découvert (ou être court, “shorting” en anglais)

Grace à un compte de spread betting, tu peux facilement vendre des actions que tu ne possèdes pas, et ainsi faire de l’argent si tu penses que le court va baisser.

La taille d’une position

Le calcul de l’équivalence en nombre d’actions est simplement le nombre de “pence” (les centimes anglais) pariés par point (parce que 1p ou 1 pence = 1 point).

Donc, si tu ouvre un pari de £1 par point sur une entreprise, ça revient à posséder 100 actions de cette entreprise (£1 = 100 x 1p).

L’exposition

Il FAUT ABSOLUMENT que tu détermines ton exposition à chaque fois. Par exemple, si tu paris £10/point quand le cours d’une action est de 552, alors ton exposition est de £5520 (£10 x 552).

Rollovers

Si tu veux conserver un pari ouvert pendant plusieurs mois, il est fort probable que tu aies à reconduire ton pari. Ce qui signifie que tu devras fermer ta position et l’ouvrir de nouveau.

L’effet de levier

Avec le spread betting tu peux parier plus que les fonds disponibles sur ton compte. Et c’est possible tout simplement parce qu’en ouvrant une position tu n’as pas besoin de financer la totalité du trade, tu as seulement besoin d’une partie du montant. Ce montant s’appelle la marge.

Avec une action liquide, tu auras certainement à payer seulement 15% de la valeur totale, et par conséquent tu as simplement besoin d’apporter £1,500 sur ton compte pour accéder à £10,000 d’exposition. C’est légèrement différent pour les actions small cap; comme les plus petites entreprises sont moins liquides, le taux de marge sera plus élevé. Donc pour une small cap, tu peux facilement payer 50%, et donc tu as besoin d’apporter £5,000 pour accéder à £10,000 d’exposition.

Fais très attention à l’effet de levier, sinon tu peux vite rencontrer des problèmes car les pertes en spread betting sont légalement exigibles. Alors n’abuse pas de l’effet de levier, sinon l’effet de levier se vengera sévèrement.

La connaissance II

Pourquoi ne pas seulement faire du spread betting et rien d’autre?

Je te recommande d’utiliser le spread betting seulement en complément d’une stratégie d’investissement raisonnable. Car, bien que financièrement ça revient au même que d’acheter des actions normalement, c’est beaucoup plus comme une drogue. Et aussi parce que tu peux voir tes pertes et tes gains augmenter ou diminuer chaque seconde, et donc c’est très tentant de trop trader. Il y a aussi le piège de trop utiliser l’effet de levier et d’avoir une exposition trop élevée. Donc vraiment, ne fais pas que ça.

Et mon meilleur conseil aux lecteurs qui veulent éviter de devenir pauvre très rapidement: ne faites pas confiance aux systèmes. Et utilisez les forums si vous voulez, mais prenez tout ce que vous lisez avec des pincettes.

Le chartisme

Le chartisme est l’étude des graphiques (“charts” en anglais), ou de l’historique de cours d’une action ou d’un indice. L’idée est que le comportement dans le passé, et les techniques spécifiques de filtrage ou d’analyse de ce passé, peuvent aider à prédire la direction future du cours. Les graphiques valent le coup d’être utilisés, mais ne te contente pas que ça.

Conseils et astuces

  • Parier juste au moment où la cloche des marchés sonne l’ouverture (à 8h00 an Angleterre et 9h00 en France) est dangereux car les spreads peuvent très larges à ce moment-là.
  • Il n’y pas vraiment de jour de la semaine qui est meilleur que les autres en spread betting mais les “day traders” appellent le vendredi le “cimetière des traders” (les day traders ouvrent et ferment les mêmes positions dans une même journée).
  • NE FAIS PAS de day trading!
  • Si ton temps est restreint, alors n’ouvre pas trop de positions car tu auras besoin de les surveiller, les entretenir et t’en occuper. Je te conseille donc d’avoir entre 10 and 15 positions.
  • Avant de placer chaque trade tu dois savoir: pourquoi tu achètes ou vends cette action ou cet indice. Combien tu es prêt à perdre. Quel est ton stop loss (ou ordre de vente à seuil de déclenchement). Quel est ton objectif de cours.
  • Surveille les jours ex-dividendes: souvenir chose dont il faut te souvenir, c’est les dates d’ex-dividende. Parce que ton action va baisser d’un montant équivalent au dividende quand le marché ouvre. Donc s’il s’agit d’un dividende de 10p, il y a des chances que l’action ouvre 10p moins cher.

Le grand ordre stop (ou ordre à seuil de déclenchement)

Les stop losses (ou ordre de vente à seuil de déclenchement)

Les stop losses (ou ordre de vente à seuil de déclenchement) sont des ordres qui sont activés quand tu dis “trop c’est trop”, et acceptes tes pertes avant qu’elles ne deviennent trop grandes. Un mauvais ordre stop (et c’est difficile de savoir comment déterminer un mauvais ordre stop exactement) est mieux que pas d’ordre stop du tout.

Les stops mentaux ne fonctionnent pas!

Les études montrent que ce qui est important dans l’investissement c’est pas de battre l’indice de quelques points quand les cours grimpent, mais vraiment d’éviter les grosses pertes quand les marchés s’effondrent.

La leçon est donc: avec le spread betting il est essentiel d’utiliser des stop losses pour s’imposer une discipline et limiter ses pertes.

Les ordres à seuil de déclenchement (standard): si tu places cet ordre à 48p, tu ne sais pas exactement à quel prix tes actions vont réellement être vendues. Tu peux espérer que ça sera au prix que tu as spécifié, mais il n’y a pas de garantie.

Les ordres garantis: certains courtiers proposent des ordres stop loss garantis, qui garantissent donc que l’ordre sera exécuté exactement au cours spécifié.

Tu ne devrais JAMAIS avoir un ordre stop qui est trop près de ton cours d’entrée. Tu vas constamment te faire arrêter et perdre de l’argent.

Les éléments dont il faut se rappeler:

  • Souviens-toi de placer des stop losses en même temps que place ton pari.
  • Si ton courtier a placé un stop loss automatiquement pour toi, vérifie-le et change-le si nécessaire.
  • Un ordre stop loss standard ou ordinaire ne s’exécutera pas forcement exactement au cours spécifié.
  • Un ordre garanti s’exécutera obligatoirement exactement au cours indiqué mais te coutera un spread plus large.
  • Fais attention à l’ouverture des marchés.

Le stop loss et la définition d’objectifs

En règle générale, je démarre avec des ordres stop à 10% (du cours actuel) et ensuite j’affine la position, en fonction d’où les autres traders ont acheté ou vendu dans le passé. Le challenge quand on place un stop est de trouver le bon équilibre entre activer la sortie quand l’action effectue un mouvement décisif, mais pas quand elle se déplace de manière non significative (ou rapidement dans l’autre direction).

Ma position par défaut est de spécifier un objectif de 20%.

Les stop losses devraient toujours être beaucoup plus serrés que les objectifs. Tu peux te permettre d’avoir plus de positions perdantes que de positions gagnantes, mais quand même être gagnant au final. N’aies jamais peur de prendre de petites pertes.

Les éléments dont il faut se souvenir concernant les objectifs / stops:

  • Configure des stops plus petits et des objectifs plus grands, par exemple, 10% et 20% respectivement.
  • Ne spécifie pas des stops trop près du cours d’entrée.
  • Fais attention aux sorties à l’ouverture des marchés (8h00 en Angleterre, 9h00 en France), vérifie tes stops tous les soirs et reconfigure les si nécessaire.
  • Place tes stops légèrement en-dessous des supports, et tes objectifs légèrement au-dessus des résistances.

Quels marchés trader?

Palmarès des marchés les plus tradés:

  • Brent (“Brent crude” en anglais): généralement coté pour le mois d’après donc vérifie la date de validité. Le spread est étroit (entre 70.65 et 70.70 par exemple) et bouge très rapidement.
  • FTSE 100 (ou SBF 120 pour la France): l’indice des 100 plus grosses entreprises anglaises (les 120 plus grosses en France), avec un joli spread étroit.
  • Or (“Gold rolling” en anglais): souvent à contre cycle du marché principal, et comme tu n’achètes pas de l’or physique, pas besoin de planquer les lingots d’or sous le matelas!
  • S&P 500: l’indice des 500 plus grosses entreprises aux US.
  • Dow Jones: l’indice des 30 plus grosses entreprises aux US, qui bouge à la vitesse de l’éclair. Un pari de 5£ le point est massif. Dans le passé, il est arrivé à l’indice de bouger de de 700 points en une journée.
  • EUR/USD: euro contre le dollar US.
  • GBP/USD: livre sterling contre le dollar US. Spread très étroit, vérifie la taille de ta position.
  • Barclays: l’action la plus tradée en Angleterre.
  • Microsoft: en tradant les actions aux US, il faut toujours se rappeler qu’elles sont cotées en dollars!
  • Rio Tinto: la plus grosse action minière et une des plus célèbres pour le day trade.

Personnellement, je trade à peu près tout, des actions du FTSE aux small caps et de temps en temps les indices aussi. Une règle à retenir est de toujours avoir un pied dans chacun de ces marchés. Tu peux par exemple avoir une ou deux actions du FTSE 100 pour un peu de volatilité et un trade à court terme, d’autres du FTSE 250 à garder plus longtemps et qui sont moins une prise de tête puisqu’elles ne bougent pas aussi vite, et quelques small caps qui pourraient être de grandes gagnantes par la suite.

Garde à l’esprit que beaucoup de paris sur les matières premières sont extrêmement volatiles. Dans mon livre, c’est du pur hasard, et j’y touche pas.

En général, les coûts de financements sont les suivants:

    • pour les paris quotidiens roulants: le coût est appliqué chaque nuit où la position est reconduite (le montant est souvent si faible que les gens ne s’en rendent même compte).
    • pour les paris trimestriels: le coût est incorporé dans le prix du pari.

Je visite deux courtiers en spread betting

Je reçois régulièrement des emails sur de théories de complot concernant les courtiers en spread betting, se plaignant que les courtiers ne veulent pas que les clients gagnent. Alors j’ai décidé de visiter deux entreprises: Tradefair et IG Index.

Ces deux entreprises recherchent vraiment les volumes: plus elles prennent de paris, que les clients gagnent ou perdent, et plus elles font de profits. Et grâce au “hedging” (mise en place de couverture ou de protections), les mouvements de leurs actions sous-jacentes couvrent leurs responsabilités sur les positions de spread betting prises par leurs clients.

Donc après ces visites, je pense que n’importe quel trader en spread betting devrait être aussi satisfait que moi. Et voici ce que j’ai appris de ces experts au passage:

  • Les gens qui gagnent n’ouvrent pas autant de positions que ceux qui perdent.
  • Les gagnants sont souvent ceux qui réclament des spreads sur des entreprises dont je n’ai jamais entendu parlées, plutôt que sur des entreprises du FTSE 100 (ou du SBF 120 pour la France).
  • Les gagnants s’arrêtent souvent de trader pendant plusieurs jours.

C’est tout dans la tête

Gagner ou perdre de l’argent avec le spread betting est bien souvent plus basé sur ton cerveau que ce que font les marchés. Ce que tu dois faire, c’est de te regarder honnêtement et de décider comment tu vas gérer la situation si tu commences à perdre, ou si tu perds le contrôle. Si tu veux devenir un bon trader en spread betting, tu dois comprendre comment tu te sens et apprendre à faire abstraction de tes émotions dans tes décisions de trading.

Les aspects où il faut être particulièrement vigilant sont:

  • des émotions intenses au sujet de tes trades
  • des disputes avec tes proches
  • un sentiment d’impuissance
  • faire du trading quand on est de mauvaise humeur car c’est vraiment PAS une bonne idée
  • ne pas communiquer ses pertes avec un proche et les dissimuler

L’avidité est très certainement le plus gros danger pour les traders en spread betting. Ce qui a tendance à se produire est que le trader réussit pas mal, l’argent entre à flot sur le compte et ensuite le trader devient beaucoup trop gourmand. Et c’est sa fin. Pour gagner en spread betting, tout est question de cohérence et de régularité, c’est pas un casino.

La peur est l’autre émotion importante en spread betting et elle frappe de 3 manières:

  • La peur de prendre une perte rapidement: la peut de cristalliser une perte, qui au final se traduirait par une attaque à l’ego.
  • La peur de perdre un petit profit: le prendre tout de suite, alors qu’il aurait mieux valu le laisser courir.
  • La peur menant à une panique générale: soudain toutes les décisions sont prises de manière émotionnelle, et par conséquent, se traduisent souvent par les mauvaises décisions.

Et pour gagner, tu dois être concentré, focalisé et discipliné.

La suite au prochain épisode…

Lire des commentaires en anglais de “The Naked Trader’s Guide to Spread Betting” sur Amazon.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge