Comment choisir le meilleur courtier en bourse

Comment choisir le meilleur courtier en bourse

Comment choisir le meilleur courtier en bourse

Vous ne savez pas où donner de la tête? Des offres de courtier qui promettent la lune? Des bonus qui pleuvent? Des formations maison pour devenir le meilleur trader de tous les temps et accéder à la liberté financière en quelques semaines?…

Il n’y a pas UN meilleur courtier en bourse pour tout le monde, mais en fait un meilleur courtier pour CHACUN. Tout va dépendre de votre situation personnelle. Un très bon courtier pour une personne n’est pas nécessairement le meilleur courtier pour vous. Avant de commencer à chercher le meilleur courtier pour vous, il faut que vous sachiez d’abord ce dont vous avez besoin en regardant quelques facteurs clés.

Les facteurs clés à connaitre avant de démarrer vos recherches

Aucun courtier n’est idéal pour tout le monde. Chaque courtier est généralement positionné sur un marché spécifique et donc à un style d’investissement en particulier. Certains courtiers sont plutôt appropriés pour du scalping, d’autres pour du swing trading, d’autres pour de l’investissement value, etc. Chaque style d’investissement a ses propres caractéristiques.

Votre affinité vers un style d’investissement ou un autre se détermine en fonction de deux facteurs clés qui vont à leur tour influencer votre choix de courtier:

Au final, si vous faites beaucoup de petites opérations ou peu de grosses, vous n’aurez pas les mêmes besoins auprès de votre courtier, notamment au niveau des frais. Mais les frais ne représentent qu’un des X éléments importants à considérer avant de choisir…

Les 8 éléments importants à considérer pour choisir votre courtier

Maintenant que vous connaissez votre profil d’investisseur, votre capital de départ disponible et votre style d’investissement, il reste à analyser les 8 éléments propres au courtier à ne surtout pas négliger:

Les produits

Une fois que vous avez établi votre stratégie d’investissement, vous savez sur quels supports (CFDs, spread betting, produits en direct, options, etc), marchés (européens, américains, asiatiques, etc.) et sous-jacents (actions, obligations, devises, matières premières, etc.) vous souhaitez opérer.

Peu de courtiers vont vous permettre d’accéder à tous les domaines à la fois. Vous allez donc pouvoir faire un assez gros filtrage à ce niveau.

Les frais

Sur ce point, attention les entourloupes! Chaque courtier y va de sa meilleure ingéniosité pour vous embrouiller… Voici quelques frais à analyser: les frais d’ouverture de compte, les frais de gestion, les frais d’inactivité (qui en font hurler plus d’un), les commissions sur transaction à l’achat et à la vente, le spread entre le cours d’achat et le cours de vente, taux d’intérêt pour de l’achat à crédit ou sur marge, etc.

L’imagination pour facturer de nouveaux services ne manque pas. Dans cette complexité constante et en perpétuelle évolution, il est difficile, limite impossible, de fournir des comparatifs pertinents et à jour des frais entre courtiers. Nombreux sont les sites qui s’essaient à l’exercice et je vous conseille de les éviter car les données seront la plupart du temps obsolètes ou inexactes. Le mieux est de regarder ce point en dernier une fois que vous avez constitué une shortlist basée sur tous les autres éléments et de rapidement jeter un oeil sur le site de chaque courtier.

Les conditions à remplir pour ouvrir un compte

Je ne parle pas vraiment de la facilité dans les démarches pour ouvrir un compte car il peut s’agir d’un moment un peu difficile, mais une fois que c’est fait, c’est fait! Non, je fais plutôt allusion aux pré-requis ou contraintes réclamés par les courtiers.

Par exemple, certains courtiers vous demanderont d’attester sur l’honneur d’avoir une expérience existante avant d’ouvrir un compte chez eux, ou encore d’avoir un capital suffisant. D’autres brokers sont très stricts avec votre pays de résidence ou votre foyer fiscal. Certains brokers importants aux États-Unis n’acceptent que des résident américains comme client. À l’inverse, la plupart des autres brokers internationaux ne vous accepterons pas si vous êtes un citoyens américains…

De telles contraintes peut rapidement vous faire écarter un courtier en particulier.

Les fonctionnalités de la plateforme

Avec l’évolution des technologies, il est possible d’effectuer des opérations depuis son ordinateur, mais aussi depuis son téléphone mobile ou sa tablette.

Étant pourtant nerd à la base, je ne suis vraiment pas chaud pour opérer ailleurs que sur mon ordinateur. Je préfère nettement allouer du temps spécifique tous les jours et le weekend pour effectuer mes opérations dans de bonnes conditions, avec mes outils à portée de main. Je déconseille donc de “trader à la va-vite” depuis un mobile ou une tablette.

Ceci étant dit, vous devez vérifier les fonctionnalités des plateformes sur lesquelles vous comptez être actif. Il y a la documentation du courtier pour ça, mais le mieux reste quand même le compte démo. Il vous permettra de tester et de vous familiariser avec les outils. Vous ne serez pas exactement en conditions réelles, mais ça reste ce qu’il y a de plus proche.

L’étendue et la qualité des informations de marchés

Certains courtiers fournissent des informations sur les marchés comme des données fondamentales, techniques ou graphiques, des news, des analyses, des conseils.

Cet élément n’est pas le plus important car vous pouvez toujours obtenir ces informations ailleurs, mais ça peut quand même être un plus intéressant.

La qualité du service et du support

Si vos ordres sont régulièrement exécutés avec un gros délai, voire même complètement perdus. Si la plateforme tombe en panne fréquemment. Si vous n’arrivez jamais à obtenir de l’aide de la part du support, vous risquez de prendre de gros risques et de vous retrouver coincé avec des positions que vous souhaitez solder par exemple.

Pensez donc à jeter un oeil aux informations concernant le support (facilité d’accès, horaires, canal de communication, etc.).

Pour la qualité du service, les courtiers obtenant des récompenses à ce niveau seront les plus fiables.

N’hésitez pas à faire quelques recherches sur internet aussi pour vous faire votre propre opinion.

Après malheureusement, seule l’expérience en réel pour donnera une véritable idée de la qualité…

La solidité de l’entreprise

D’abord assurez-vous que le courtier est bien agrée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

En fait, l’AMF délègue cette tâche à un autre organisme qui s’appelle “l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR)”.

Cliquez ici pour accéder à la liste des opérateurs financiers agréés

Évitez aussi les tout petits organismes domiciliés dans de petits pays comme Chypre 😉

La facilité pour remplir les déclarations d’impôts

Certains courtiers vous aident grandement à remplir vos déclaration d’impôts au travers de l’IFU (“Imprimé Fiscal Unique”) pour la France grâce à un rapport détaillé qu’ils vous parvenir en fin d’année fiscale. D’autres non!

À vous de voir si le gain de temps est valable ou pas.

Les éléments à fuir comme la peste pour choisir votre courtier

Les bonus

Vous pouvez oublier les bonus! Si vous y réfléchissez bien, ces bonus représentent une goutte d’eau par rapport à la performance que vous recherchez, par rapport à votre capital d’investissement, par rapport aux frais du courtier. Donc ne vous faites pas leurrer par ces appâts faciles. Vous devez débuter en bourse avec une stratégie éprouvée, que vous maitrisez, à laquelle vous adhérez totalement et qui va vous permettre de bons gains au fil des années. Ne débutez pas seulement à cause d’un joli bonus.

Les promesses de gains mirobolants “garantis”

Pareil que pour le point précédent. Vos gros gains vous les obtiendrez avec votre stratégie et votre discipline, pas grâce aux promesses du courtier. Ce sont véritablement des promesses en l’air car les plus importants facteurs qui influenceront votre réussite ne sont pas sous le contrôle du courtier… mais de vous!

Les formations offertes gratuitement

Toutes les formations offertes sont intéressantes si elles vous expliquent comment utiliser la plateforme du courtier. Celles qui sont orientées stratégie, plan de trading, money management, etc. sont à proscrire. Les stratégies recommandées par les courtiers sont basées sur de l’over-trading pour vous inciter à effectuer de nombreuses opérations pour que le courtier perçoivent de plus en plus de commissions. C’est dans l’intérêt du courtier, pas dans le votre.

La plupart des comparateurs de courtiers

Ca serait vraiment super d’avoir un comparateur de courtiers fiables, clair, pertinent, à jour et non biaisé… malheureusement, ça n’existe pas! La très grande majorité de ces comparateurs sont disponibles sur des sites “coquilles vide”. Ce sont des sites qui font partie de fermes de contenu pour leurrer les moteurs de recherches… et surtout les clients potentiels. Les liens pour “obtenir de la documentation” sont des liens affiliés et les conseils sont entièrement biaisés. Attention, je ne dis pas que les comparateurs sont toujours mauvais, ni que l’affiliation est toujours mauvaise. Mais sur ce sujet précis, c’est généralement le cas. Si le site met tout de suite en avant ce comparateur et a très peu de contenu de qualité étalé dans le passé, alors ça devrait vous mettre la puce à l’oreille 😉

Pour conclure

Vous l’avez vu, vous avez de nombreux points à vérifier avant de vous lancer avec un courtier. Plusieurs bons courtiers au niveau produits, fonctionnalités, stabilité, frais, etc. ne sont pas nécessairement adaptés à votre situation personnelle. Vous seul pouvez faire cet exercice de recherche et d’analyse en fonction de votre stratégie en suivant ces quelques facteurs que je viens de fournir.

Pour finir, une fois que vous avez fait votre choix, rien de vous empêche d’ouvrir un compte chez deux ou trois courtiers à la fois pour voir dans la pratique celui qui vous apporte les meilleurs avantages…

Pour information, mon courtier action préféré est Interactive Brokers 😉

C’EST À VOUS: Qu’est-ce qui vous bloque actuellement pour choisir le meilleur courtier? Merci de partager vos expériences dans les commentaires 😉

Crédits photo: © Baillou – Fotolia.com

Vous aimerez aussi...

22 réponses

  1. Salut Ben,

    Merci pour ton article qui détaille bien les pièges à éviter.

    J’avais un PEA dans ma banque à une certaine époque, et avec l’arrivée des courtiers en ligne et la baisse des frais fixes, je n’ai pas hésité à sauter le pas (plus de frais de garde etc etc… uniquement des frais de courtage, ce qui est normal soit dit en passant).

    Maxime
    Maxime de Meilleurs Rendements a récemment posté…Suppression des charges patronales, une opportunité d’entreprendre?My Profile

    • Ben de Bourse Ensemble dit :

      Salut Maxime,

      Tu as bien fait de changer de courtier. Les banques “en dur” sont rarement les plus intéressantes aussi bien au niveau frais que fonctionnalités, support, produits accessibles, etc. Pour les frais de courtage, ce sont les frais les plus courants et je trouve les plus justes.

      Au final, il faut bien que l’opérateur fournissant le service se rémunère. Le problème c’est quand il commence à empiler les frais et à les rendre de plus en plus complexes ou opaques. C’est dans ces situations qu’il faut être vigilant et ne pas hésiter à faire de nouveau une comparaison avec la concurrence.

      Ben

  2. Frankie dit :

    Salut Ben :

    1) Merci pour cet article bien écrit et sans langue de bois – très utile pour les novices !
    2) Questions : qu’est-ce que le “spread betting” exactement ? On a un terme français pour ça ? Moi je pensais que c’était la même chose que les CFD mais visiblement non…

    Frankie

    • Ben de Bourse Ensemble dit :

      Salut Frankie,

      Merci pour ton retour 😉

      J’ai rédigé plusieurs articles sur le Spread Betting. Tu peux y accéder ici:

      J’attire ton attention sur le fait que ce genre de produit n’est pas autorisé aux résidents français. Je suis résident anglais, donc je n’ai pas cette limitation. En Angleterre, le spread betting est assimilé au jeu en ligne et n’est donc pas taxé. Ce qui est un gros avantage!

      Ben

  3. Salut Ben,
    Un très bon article pour choisir en connaissance de cause…On voit tellement de publicités pour des brokers “rabatteurs” sur le net, il faut se méfier en effet.
    Personnellement mes 2 critères principaux sont :
    – la solidité du broker (pour la sécurité de mes dépôts)
    – les frais (cela fait tellement une énorme différence sur la performance à la fin de l’année!)
    J’utilise comme toi Interactive Brokers.
    Gaël de zen-option.com a récemment posté…3 solutions pour diversifier géographiquement son portefeuilleMy Profile

    • Ben de Bourse Ensemble dit :

      Salut Gaël,

      Pour la solidité du broker, le soucis se présente surtout pour les petits brokers, inconnus au bataillon. Si on reste sur les sentier battus, il ne devrait pas y avoir de problèmes.

      Pour les frais, tout dépend de la fréquence et de la taille des ordres, qui découlent de la stratégie et donc de la situation de chacun. Là où les coûts peuvent devenir exorbitants c’est pour les scénarios extrêmes: ceux qui effectuent énormément d’opérations (les commissions sur transactions, les spreads) et ceux qui en font très peu (les frais de gestion, d’inactivité).

      Que penses-tu d’IB (Interactive Brokers)?

      Ben

      • Je suis très content d’IB qui est un des brokers les plus complets et les moins chers (comme j’essaie de le décrire ici : http://zen-option.com/module-5-choix-du-bon-broker/ )
        Cependant il n’est pas exempt de défauts (ce serait trop beau).
        Le principal est l’interface qui manque de convivialité.
        Et récemment, j’ai découvert que je ne pouvais pas trader certaines paires forex exotique comme usd/try, ou même nzd/cad 🙁
        Gaël de zen-option.com a récemment posté…Comment acheter ses actions préférées moins cher grâce aux options?My Profile

        • Ben de Bourse Ensemble dit :

          Salut Gaël,

          Tu n’es pas le premier qui ait quelque chose à redire au niveau de l’interface d’Interactive Brokers. Personnellement, je ne la trouve pas si mal que ça. Ça pourrait être mieux, mais c’est pas vraiment un inconvénient pour opérer. Pour moi, elle est efficace et ça me suffit.

          Ben

          • Tout à fait, Ben, une interface peu conviviale n’est pas bloquante en soi, et Ib a tellement d’autres avantages…
            On prend très bien en main l’interface et le passage d’ordres sur IB rapidement. Pour les graphiques, je suis un peu plus embêté, c’est pourquoi j’ai pris un autre broker en parallèle :
            http://zen-option.com/pourquoi-je-vous-recommande-davoir-deux-brokers/
            Gaël de zen-option.com a récemment posté…Module 1 – Qu’est ce qu’une option financière?My Profile

          • Ben de Bourse Ensemble dit :

            Salut Gaël,

            Pour les graphiques, il vaut mieux passer par ProRealTime ou MetaTrader.

            Pour l’interface d’IB, quelque chose doit m’échapper car j’ai du mal à voir comment “l’interface est peu conviviale” et “on prend très bien en main l’interface”. Ça me parait contradictoire…

            Ben

          • Ce que je veux dire, c’est que l’interface est austère au premier abord, et qu’il faut un certain temps avant de bien la maîtriser à son potentiel(regarder quelques tutoriels pour les types d’ordres, les marges, etc)
            Mais une fois qu’on a fait l’effort, ça joue bien.

            Alors que d’autres interfaces sont directement plus “user friendly”…

            Ok merci je note pour Meta Trader.

  4. Guilhem dit :

    Je pense qu’on sous-estime bien trop souvent l’utilité d’un bon service client. Rien de plus énervant que de ne trouver personne au bout du fil le jour où l’on a un pépin …

    De ce côté la je suis plutôt content de Binck (et de ses prix par ailleurs).

    Le seul problème de binck (tant qu’à en parler) est l’absence de trade sur CFD 🙁
    Guilhem a récemment posté…Retour sur une semaine de mauvais choixMy Profile

    • Ben de Bourse Ensemble dit :

      Salut Guilhem,

      Tu soulèves un point important qui est souvent découvert véritablement qu’une fois qu’on a franchi le pas et qu’on est devenu client…

      L’absence de trade sur CFD que tu mentionnes avec Binck rejoint le tout premier point que j’aborde dans l’article: bien vérifier les produits proposés par le courtier pour s’assurer qu’on ne sera pas limité dans ses choix pour appliquer sa stratégie d’investissement.

      Ben

  5. Amselek dit :

    A la lecture de votre article, il ne me fait aucun doute qu’Interactive Broker est le courtier qui devrait me convenir. Mais comme je n’ai jamais fait encore de trade, est-il ou non possible d’être accepté par IB ? Je serai pourtant par ailleurs conseillé pour l’établissement et le suivi de mon portefeuille d’environ 30.000 euros au départ.

  1. 28/03/2015

    […] On verra donc une prochaine fois comment choisir son courtier correctement. […]

  2. 30/05/2017

    […] Éviter ce genre de broker en suivant mes conseils sur comment choisir le meilleur courtier en bourse. […]

  3. 16/06/2017

    […] même de considérer les autres éléments importants pour choisir votre courtier, vous devez vous assurer que votre broker est capable de répondre à vos attentes pour […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge