Bloomberg, La Rolls des stations de trading: utile ou pas?

Bloomberg, la Rolls des stations de trading: utile ou pas?

Bloomberg, la Rolls des stations de trading: utile ou pas?

Parmi mes différentes rencontres avec Fabien lors de notre interview, Fabien m’a gentiment proposé de me montrer une station Bloomberg. Pour ceux à qui ça ne veut rien dire… une station Bloomberg est tout simplement la Rolls Royce des stations de trading utilisée par une grande quantité de traders professionnels. Le produit concurrent le plus direct est une station proposée par Thomson Reuters.

Ce genre de solution est principalement destiné aux institutions “buy-side” (qui achètent des actifs), aux hedge funds et bureaux qui font du “prop trading” (“proprietary trading” en anglais, pour ceux qui tradent sur fonds propres et pas pour des clients).

Je connaissais depuis des années sans jamais avoir eu l’occasion d’en voir une en vrai, et encore moins de jouer avec 🙂 Grâce à Fabien, je ne peux plus le dire!

Avant de rentrer dans les entrailles de la bête et de vous expliquer à quoi elle sert, je tiens d’abord à vous détailler l’usine à gaz pour simplement se connecter à la station. C’est assez impressionnant!

Se connecter à une station de trading Bloomberg

Attention le parcours du combattant pour se connecter à une Bloom! Dans le jargon, une station de trading Bloomberg s’appelle une “Bloom”.

D’abord, il faut savoir qu’une Bloom peut être installée sur un ordinateur standard avec l’utilisation d’un petit boitier de sécurité séparé (appelé “B-UNIT”). Il peut aussi s’agir d’une machine dédiée uniquement au trading et dans ce cas précis le boitier de sécurité est incorporé dans le clavier.

Lors de démonstration avec Fabien, nous étions dans le premier cas de figure avec un ordinateur standard sous Windows et un B-UNIT.

Voici donc la procédure “très légère” pour lancer la plateforme de trading:

  1. Fabien a démarré un navigateur internet et entré une adresse pour se connecter.
  2. Il a entré son identifiant et son mot de passe.
  3. Il a appliqué un de ses dix doigts sur le B-UNIT pour une détection d’empreinte digitale associé à ce boitier et ce compte unique.
  4. Il a présenté le B-UNIT devant l’écran d’ordinateur pendant presqu’une minute alors qu’un rectangle flashait en noir et blanc constamment avec une sorte de code en morse (c’est ce que j’imagine, mais j’en ai aucune certitude!).
  5. Le B-UNIT a ensuite affiché un code secret.
  6. Fabien a entré ce code secret dans son navigateur.
  7. L’application Bloomberg s’est enfin démarrée et Fabien était connecté.

Simple, non? Ahaha!!! Ça m’a bien fait rire 🙂

Plus sérieusement il faut bien comprendre que le système peut accéder à des données ultra sensibles comme des portefeuilles clients, des ordres en bourse, la composition d’un fond d’investissement, etc.

Les bénéfices d’une “Bloom”

Voilà les bénéfices d’une Bloom… d’après Bloomberg:

  • “Atteindre de l’alpha”, dans le jargon de la finance cela signifie le retour sur investissement en échange du risque pris
  • Réduire les coûts
  • Gérer les risques et les conformités
  • Obtenir la meilleure exécution
  • Profiter de technologies innovantes

La solution comprends les outils suivants:

  • Gestionnaire de portefeuilles réels ou virtuels: on a visité la composition virtuelle d’un fond d’investissement que Fabien est en train de mettre en place avec sa boite.
  • Système d’analyse de performance, de reporting et de simulation de scénarios: on a vu la performance de différents portefeuilles, gérants, actions, etc.
  • Système de screening pour détecter des actifs répondants à des critères précis et complexes: on a tester des screeners basés sur des données fondamentales et techniques.
  • Système de backtest pour tester des stratégies et modèles en tous genres
  • Système d’exécution d’ordres, même à hauts volumes, sur de nombreuses classes d’actifs (actions, obligations, devises, options, futures, produits dérivés, etc.)
  • Accès à des informations techniques, graphiques, fondamentales et de news sur de nombreux supports, en temps réel et historique: j’ai pu accéder à des informations auxquelles je n’ai pas accès normalement comme les recommandations d’analystes (rapports, objectifs, notations, etc.) sur des actions que je détiens actuellement (LVS, HLF).
  • Accès à des informations détaillée sur une grande quantité d’intervenants sur les marchés (traders, analystes, brokers, market makers, etc.): on a par exemple cherché les fiches de Soros et certaines personnes de JP Morgan au hasard.
  • Système de chat avec des acteurs des marchés partout dans le monde: selon Fabien, une grande majorité des communications se font maintenant par le chat et non pas par email ni téléphone.

Cette solution s’acquiert pour la modique somme d’au moins £2 000 (environ 2 500€) par mois. Ca pourrait donc facilement remplacer les remboursements pour votre résidence principale. Vous préférez quoi alors? 🙂

Conclusion

Pour conclure, ça a été une très belle expérience et quelque chose que je voulais découvrir depuis de nombreuses années. Par contre, il faut se rendre à l’évidence: il ne doit pas y avoir beaucoup de petits traders ou investisseurs en compte propre à travers le monde qui utilisent une station de trading Bloomberg pour acheter leurs quelques actions Peugeot ou Google 🙂

C’est un outil ultra complet… et ultra complexe! Il ne vous servira à pas grand chose et vous coûtera un bras et une jambe tous les mois. D’autant plus que selon moi, trop d’informations tue l’information et complexifie la prise de décision. Il est vrai qu’il est tout de même tentant d’avoir tous les outils et toutes les informations regroupés dans une seule et même application, mais pas à ce prix-là.

Vous pouvez donc passer votre chemin et oublier cet outil, qui reste quand même utile à certains et une belle prouesse technologique.

C’EST À VOUS: Qui a eu le plaisir d’utiliser une Bloom ou équivalent? Quel est votre feedback?

Crédits photo: © www.bloomberg.com

Vous aimerez aussi...