L’approche Suivi de tendance, c’est quoi?

Sur le même sujet...

3 réponses

  1. Bonjour Ben, je suis en accord avec cette approche, cependant j’ai quelques remarques. D’une part, le schéma montrant les points d’entré et de sortie m’a laissé un peu perplexe. Si la flèche horizontale verte symbolise l’achat, il est fait trop tôt, à la fin du swing.
    Ensuite, je ne suis pas d’accord avec « quasiment impossible d’entrer au plus bas et de sortir au plus haut d’une tendance haussière ». Même si on ne le trouve pas exactement, on peut s’en rapprocher.

    Sur : « D’autres tendances sont beaucoup moins évidentes et ne ne sont pas claires du tout; c’est notamment le cas quand il n’y a pas vraiment de tendance », il me semble que s’il n’y a pas de tendance… Il n’y a pas de tendance. Tautologie.
    En fait, tu fais peut-être allusion au caractère fractal de la course des prix. Il y a des tendances dans des cycles, des cycles dans les tendances et sur plusieurs unités de temps. On arrive à les détecter (en vrai scientifique du traitement du signal) grâce à de bons indicateurs. L’analyse graphique ne suffit pas. On arrive bien à transmettre de la musique ou des données sur la prise de courant. Seuls les bons filtres (passe-haut, passe-bas, passe-bande) permettent de décrypter ces signaux. C’est là la supériorité des indicateurs sur le chartisme. C’est mathématique.

    Enfin, sur les fins de tendances coriaces à détecter… Si une tendance est bien établie et durable, quand elle change cela se voit. Je ne dis pas qu’il n’y a pas des doutes et que l’on ne risque pas de sortir trop tôt. Mais on parle de longues tendances. Donc on peut se permettre, à un moment, de laisser du mou.
    Malheureusement, bien souvent le trader non épaulé prend une tendance courte pour une longue. Là encore c’est qu’il n’a pas pris en compte le caractère fractal de l’historique des prix. On n’est alors plus dans le suivi de tendance mais dans ce que j’appelle la « chasse au creux ». Sport national, bien mal appliqué mais qui sourit aux chanceux (surtout quand les marchés montent dans l’ensemble). Détecter les points bas est relativement facile et assez précis, mais, comme je dis toujours, il faut les bons outils et un peu d’expérience. C’est comme faire du vélo en jonglant. On n’y arrive pas tout de suite.
    C’est pour cela que j’estime que le suivi de tendance est plus simple, comme tu le dis.
    Au bémol près que, psychologiquement, il est difficile d’acheter quelque chose qui a déjà bien progressé. Le swing trading est alors une solution plus sereine, mais dans ce cas-là on peut passer à côté de belles plus-values.
    Michel de Trading Attitude a récemment posté…Une exemple de rotation du momentum boursierMy Profile

    • Salut Michel,

      Merci pour ton commentaire « étoffé » 🙂

      Pour les flèches, c’est peut-être parce que j’ai montré UNE façon de rentrer sur du suivi de tendance, alors qu’il y a de nombreuses… à la hausse, après les premiers signes de faiblesse, au creux de la correction passagère, dès que le dernier plus haut est dépassé.

      On peut sérieusement se rapprocher du plus bas pour rentrer en position haussière, ou se rapprocher du plus haut pour sortir. Mais entrer exactement au plus bas et sortir exactement au plus haut est quasiment impossible 😉

      Tu as raison avec l’aspect fractal des marchés, j’en parlais justement mardi soir avec mes membres Premium lors de ma dernière séance de coaching commun. En changeant d’échelle de temps, soit en « zoomant » ou « dézoomnant », d’autres tendances vont apparaitre plus clairement. Mais en restant sur une même échelle de temps, certaines périodes vont être très difficiles à déterminer comme étant clairement haussières ou baissières. C’est d’ailleurs dans cet état « sans tendance » que les cours évoluent le plus fréquemment. Les indicateurs techniques peuvent nous permettre arbitrairement de qualifier cet état. C’est justement ce que je fais en communiquant tous les jours sur les médias sociaux (particulièrement Twitter), la tendance générale des marchés actions européens et américains à l’aide de Zone Verte (tendance haussière), Zone Orange (sans tendance) et Zone Rouge (tendance baissière) pour avoir une température / tendance arbitraire pour savoir où on met les pieds…

      Ben

  2. Joel dit :

    Ma regle est « ne jamais aller contre la tendance ». J’ai un panier d’action qui ont une tendance haussière à long terme, et j’utilise les indicateurs techniques pour trader sur ces valeurs (achat lors d’une chute à faibles volumes, vente lors d’une hausse à faible volumes, les hauts volumes montres la tendance).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge