Les traders sont de vrais communistes - Bourse Ensemble

Les traders sont de vrais communistes

Les traders sont de vrais communistes

Les vrais capitalistes et les vrais communistes dans le monde sont-ils vraiment ceux que vous croyez?

Vous êtes un spéculateur indéniable et créez des inégalités probablement à votre insu, le saviez-vous?

L’incroyable distinction entre un trader en compte propre et un trader institutionnel, vous la connaissez?

Les traders sont de vrais communistes
  • Titre: Les traders sont de vrais communistes
  • Auteur: Benoist Rousseau
  • Édition brochée: 80 pages
  • Editeur: JDH editions
  • Date: 19 février 2018
  • Langue: Français

[Note: Je tiens à remercier Benoist (Rousseau) de m’avoir fourni gratuitement son livre afin que je le lise et vous fasse part de cette chronique ici!]

C’est ce qu’on va voir en détails dans cette vidéo. Juste avant, cliquez sur le bouton S’ABONNER pour rejoindre les autres traders gagnants abonnés à la chaine YouTube Bourse Ensemble et recevoir les prochaines vidéos.

VIDÉO – Les traders sont de vrais communistes

TRANSCRIPTION TEXTE – Les traders sont de vrais communistes

Description

A priori tout oppose un trader à un communiste, et pourtant… ce livre écrit par un trader démontre le contraire ! Au travers d’un récit, sorte de court-métrage écrit relatant une scène de vie réelle, Benoist Rousseau explique à quel point, en se rendant à une simple fête des voisins, il pouvait être stigmatisé et susciter le questionnement voire le rejet dès qu’il se présente comme trader. Une stigmatisation due, bien souvent, à l’ignorance des gens quant au métier de trader.

C’est au travers de dialogues croustillants, et avec une dose d’humour que l’auteur, en expliquant son quotidien de trader, sa façon d’être en opposition à la norme sociale consumériste, en arrive à la conclusion à la fois provocative mais finalement imparable qu’un trader pour compte propre est en fait un vrai communiste!

Résumé

Tout commence lorsque Benoist est invité à la fameuse “fête des voisins“. Ermite de nature, locataire du plus grand appartement tout en haut de l’immeuble, il préfère généralement éviter ce genre d’évènement. Il décide néanmoins de se forcer histoire de marquer le coup.

Durant la soirée, il reste assez discret jusqu’à ce que la question fatidique soit posée: “Que faites-vous dans la vie?”.

Sachant que son métier a été stigmatisé ces dernières années, Benoist essaie de répondre délicatement à la question en amenant le sujet en douceur. Il a fait beaucoup de chose dans sa vie comme notamment formateur et professeur d’histoire-géographie, avant de devenir “trader pour compte propre”. La bombe est lâchée avec le terme “trader”, même si la deuxième partie reste très flou pour beaucoup. Rapidement Benoist devient un peu l’attraction de la soirée avec des propos qui déconcertent…

Les stéréotypes fusent avec les Porsche, les trains de vie exubérants et les responsables des crises financières et des inégalités dans le monde. Les accusassions commencent aussi à montrer le bout de leur nez comme par exemple pourquoi avoir quitté la noblesse de l’Éducation Nationale et avoir vendu son âme au diable quasiment.

Benoist explique ses choix posément, en retenant certaines pensées provocatrices tout en en laissant échapper quelques unes. Il avait décidé de quitter son métier de prof le jour où cela ne le passionnerai plus, pour ne pas pénaliser les enfants. Les deux moments forts de sa vie étaient d’être rentré dans l’Éducation Nationale… puis d’en être sorti!

Pour mieux faire comprendre son métier et éviter les amalgames, Benoist explique la différence entre un trader institutionnel et un trader en compte propre. Le premier est salarié et trade pour une banque généralement. Le deuxième est un entrepreneur et trade son propre capital avec tous les risques que ça implique, mais aussi la liberté qu’ils lui apportent. La distinction semble néanmoins échapper à certains…

Pour Benoist, le salariat est un servage moderne. On échange sa liberté contre un salaire. C’était vrai en étant prof quand il devait attendre l’approbation de ses congés ou ne presque jamais avoir son mot à dire au sein du système scolaire. C’était encore plus vrai quand il était cadre et qu’il faisait des heures sup’ qui n’étaient jamais considérées comme telles bien entendu. Les êtres humains sont de plus en plus déresponsabilisé. Un trader en compte propre est 100% responsable de toutes ces décisions et de ce qui lui arrive!

Il se fait donc accuser de spéculez sur la vie des autres, la rengaine habituelle. Mais Benoist se fait un point d’honneur à ne trader que les indices et pas des matières premières ou des actions en direct. Il n’a donc pas d’impact sur l’économie réelle. Il n’influence pas non plus le devenir d’une entreprise ou d’un actif en particulier. En revanche, il enfonce le clou en précisant qu’il s’est au contraire créer son propre emploi et est une charge de moins pour la société.

Le véritable problème c’est que la classe moyenne attend le retour des 30 Glorieuses (période faste des années 50 – 60 construite sur une exploitation du reste du monde principalement par les français et les anglais au travers de leurs anciennes colonies). Or ce retour n’arrivera jamais puisque les conditions nécessaires ne seront plus présentes non plus. Et la classe moyenne tombera de haut le jour où elle aura compris que les beaux jours sont derrière et pas devant.

En fait, au final, nous sommes tous des spéculateurs et rejeter la spéculation est une hypocrisie la plus totale. L’Éducation Nationale et les prof spéculent sur l’avenir des élèves avec plus ou moins droit de vie et de mort sur eux. Et les voisins de Benoist, principalement propriétaires, spéculent tous sur leur bien immobilier puisqu’ils l’ont choisi en espérant qu’il prenne de la valeur. Eux ont évalué leur bien avant de l’acheter en le supposant sous-coté et essaieront de le revendre par la suite avec une sur-cote. Benoist en tradant l’indice du DAX quotidiennement, fait la même chose. La démarche intellectuelle, la façon de procéder et l’objectif sont les mêmes.

Pour beaucoup de français, la spéculation, c’est celle qui concerne la bourse pas celle qui concerne l’immobilier, et encore moins tous les autres actifs qu’ils ne connaissent ou ne comprennent pas. Mais les mécanismes sont les mêmes.

Benoist explique gentiment à ses voisins qu’eux aussi sont des spéculateurs avec leurs assurances vie et les SICAVs qui sont logées à l’intérieur, sauf qu’ils ne s’en rendent pas compte. Mais ces produits complexes et pourtant assez simples en apparence, permettent de spéculer sur les dettes des pays entre autres. Les sommes laissées sur des comptes bancaires courants permettent aussi aux banques de faire des prêts à la consommation qui servent bien souvent à endetter encore plus les plus démunis. Où est l’éthique dans tout ça?!?!

Le fait de laisser le minimum de liquidité en banque permet à Benoist de payer son quotidien et de se rapprocher de ses racines communistes. Un communiste par essence s’oppose au monde capitaliste, lutte contre les dérives de la finance et du pouvoir exorbitant des banques. Et même les communistes sont souvent pris à contre-pied avec leurs comptes en banque et leurs SICAVs.

Un trader en compte propre est un vrai communiste quant à lui. Il se bat tous les jours contre le “grand capital”, les banques, les hedge funds et le fait à une échelle ridiculement petite, mais sur leur terrain de jeu!

Quel est le point commun entre Jérôme Kerviel et Benoist Rousseau? Ils tradent tous les deux le DAX 30, un indice allemand et se sont probablement trouvés à l’opposé de plusieurs positions. Kerviel brassait des milliards de la Société Général, Benoist lui gère ses économies. Mais l’affaire Kerviel a transformé les traders en ennemi publique. La discussion fait remonter des souvenirs douloureux quand Benoist s’est fait accusé et menacé à mort en 2011 suite à un article sur Libération…

Si ce ne sont pas les traders qui sont responsables de la crise, qui c’est? Benoist revient sur les 30 Glorieuses, cet âge d’or du passé, absolument exceptionnel et fondé sur des positions ultra abusives où une infime partie de la population mondiale a profiter de l’autre. Il n’y a pas de crise actuellement. Le monde continue d’évoluer dans le bon sens et de se porter de mieux en mieux. Mais le niveau de vie de la classe moyenne se nivelle à travers le monde et les pays occidentaux y perdent alors que les autres pays y gagnent.

Et la solution pour sortir de la “crise” est certainement la décroissance afin de limiter la course au “toujours plus, toujours plus vite”. Cette course sans fin nous frustre et nous fatigue à outrance…

Pour conclure

Ne vous attendez pas à un livre sur le trading avec des techniques ou des stratégies. Il s’agit tout simplement de remettre quelques concepts en place et d’éclairer le lecteur sur les véritables rôles de chacun dans des problèmes qui sont souvent plus complexes en réalité qu’en apparence…

Pour

Un livre qui se lit très vite, à la manière d’un court-métrage… j’en redemande!

En quelques pages, Benoist arrive à expliquer de manière claire (et je l’espère convaincante!) des comportements sociaux universels et anéantir des préjugés profonds de la société. Les traders ont l’image ternie depuis quelques années et pourtant il met le doigt sur de nombreuses contre-vérités et idées préconçues.

Un livre à mettre entre toutes les mains pour ouvrir les yeux, se regarder un peu mieux dans le miroir et arrêter de se voiler la face sur des aspects critiques de notre époque comme l’éthique, la course au toujours plus, notre place dans la société, notre véritable impact sur le reste du monde et ce qui nous épanouit vraiment.

Une aide supplémentaire pour changer les esprits quand au métier de trader en compte propre à ne pas confondre avec un trader institutionnel. Beaucoup devraient prendre graine pour commencer à gérer eux-mêmes leurs investissements afin de sortir du système où les banques sont toutes puissantes… en faisant n’importe quoi avec leur argent!

Contre

Très court… trop court! Une soixantaine de pages tout au plus qui se lisent en une demie heure environ.

Merci d’avoir regardé cette vidéo!

Cliquez sur le bouton like juste en-dessous et abonnez-vous à la chaîne YouTube pour ne pas rater les prochaines vidéos.

En complément, accédez aussi gratuitement à ma formation exclusive “La Voie Rapide en Bourse vers l’Indépendance Financière” en cliquant sur la vignette correspondante pour que je vous montre comment démarrer correctement ou enfin réussir en bourse.

Allez voir aussi la vidéo suivante avec l’autre vignette.

À bientôt sur la chaine Bourse Ensemble et n’oubliez pas, faites partie des traders qui ont les yeux bien ouverts avec ce que sont la bourse et la spéculation et qui comprennent un peu mieux les mécanismes qui font tourner le monde!

C’EST À VOUS: D’après vous, vous êtes un trader, un vrai communiste, un spéculateur… ou tous à la fois?

Lire des commentaires en français de “Les traders sont de vrais communistes” sur Amazon.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge